Actualités‎ > ‎

Mémoire de Recherche 2

publié le 6 oct. 2015 à 07:09 par Cathy Broutin

Les déterminants contributifs aux stratégies d’évitement des étudiants infirmiers en fin de formation pour une orientation professionnelle vers le secteur gériatrique.

Stéphane BERTEL
Sous la Direction de : M. GUIRIMAND Nicolas
Année : 2013

Mémoire présenté en vue de l’obtention du Master 2ème année "Ingénierie et conseil en formation". 

Mots clés : représentation, personne âgée, étudiants en soins infirmiers, orientation sectorielle en fin de formation

Résumé :

La profession d’infirmier est la première profession de santé en termes d’effectifs en France avec 567 564 infirmiers recensés en 2012 ; la grande majorité d’entre eux travaillent dans le secteur hospitalier et seulement 4% dans les établissements pour personnes âgées. En 2012 - 2013, une proportion non négligeable des offres d’emploi non pourvues se situe dans le secteur des personnes âgées.
L’augmentation constante de l’espérance de vie implique, dans les connaissances actuelles des sciences, un réel accroissement du nombre de personnes âgées dépendantes en France comme en Europe. A l’horizon 2020, en France, les personnes âgées de plus de 85 ans représenteront 3,4% de la population.
Parfaitement conscient de la nécessité de la création de postes afin de répondre à l’accroissement significatif du nombre de personnes dépendantes, le Politique en a fait l’un des secteurs les plus créateurs d’emploi dans les dix années à venir.
Formateurs en I.F.S.I., nous avons la responsabilité de former les professionnels infirmiers de demain en lien avec ce référentiel de formation de 2009. Notre objectif doit être de former des professionnels correspondant aux besoins en santé de la population et de son évolution démographique et non de fournir une accumulation de savoirs bruts inutilisables sans transfert. Nous ne nous permettrions pas d’affirmer que cette démarche n’existait pas dans notre établissement auparavant mais elle a le mérite actuellement d’être formalisée.
Au travers des entretiens (suivis pédagogiques et informels), des travaux restitués par les futurs diplômés, des rencontres avec les premiers diplômés de la réforme de 2009, nous avons perçu qu’ils ne souhaitaient majoritairement pas orienter leur carrière professionnelle vers un secteur d’activité gériatrique à court ou moyen terme, bien qu’informés et donc conscients des opportunités des postes à pourvoir.
Nous avions formulé, dans le cadre de cette recherche, 2 hypothèses :
Les représentations sociales de la maladie, de la vieillesse, de la mort contribue à l’orientation des étudiants à la marge du secteur gériatrique.
L’évitement de l’engagement des futurs professionnels en secteur gériatrique se fait par goût pour l’acte technique valorisé tout au long de la formation initiale.
Nous avons donc, afin de mieux comprendre ce phénomène, tenté d’explorer par une étude quantitative, auprès des étudiants infirmiers en fin de formation, leurs représentations de la personne âgée dépendante et voir si la valorisation des actes techniques tout au long de la formation serait en lien avec leurs représentations du métier d’infirmier.
L’analyse des données recueillies, tout en acceptant les limites de nos compétences en statistiques, nous a permis d’observer qu’une vision dominante du rejet de la dégénérescence physique et mentale impactent leur orientation sectorielle.


Comments